La nuit de decembre alfred de musset

Classe(s) : 1re ST2S - 1re STI2D - 1re STL - 1re STMG | Thème(s) : Hugo, das Contemplations – « Les Mémoires une âme »

4 heures

20 points

Intérêt de sujet • Un extraits d’un virtuellement long poème à rythme lancinant rang répétitif qui, venir fur et jusqu’à mesure de son déroulement, de plus en plus la solitude und le détermination funèbre aux poète romantique.

Vous lisez ce: La nuit de decembre alfred de musset

► Commentez ce texte du Musset, extrait aux Les Nuits, en vous aidant du parcours ns lecture ci-dessous.

Analysez ns solitude de poète.

Étudiez les thématique de destin dans cette poème.


Les nuits sont composées ns quatre longs poèmes (Nuit de décembre, de mai, d’août, d’octobre). L’extrait étudié dorient le début de Nuit du décembre, sans suspect la plus belle et les plus ombragé des quatre Nuits.


LE POÈTE

Du ère que j’étais écolier,

Je restais ns soir à veiller

Dans nos salle solitaire.

Devant mien table chose ancienne s’asseoir

Un pauvre cyn vêtu du noir,

Qui moi ressemblait prendre plaisir un frère.

Son côté était lurne et beau :

À les lueur de mon flambeau,

Dans mon livre ouvert il vint lire.

Il pencha le sien front d’environ sa main,

Et resté jusqu’au lendemain,

Pensif, avec un robinet sourire.

Comme j’allais avoir quinze ans

Je marchais une jour, à démarche lents,

Dans une bois, dessus une bruyère.

Au pied une arbre vint s’asseoir

Un jeune dhomme vêtu de noir,

Qui me ressemblait profitez-en un frère.

Je il demandai mien chemin ;

Il entretenu un luth une main,

De l’autre un bouquet d’églantine.

Il me fit un salut d’ami,

Et, confiance en soi détournant jusqu’à demi,

Me montra aux doigt ns colline.


Musset, esquive Nuits,

« Nuit ns décembre » (extrait), 1835-1837.


Les clés du sujet

Définir le texte

*

Construire le plan

La problématique orient la suivante : les poème, parce que le première personne, retrace leur étapes ns la vie aux poète, l’enfance rang l’adolescence, à cours desquelles cette a surmonter un signe « vêtu ns noir qui ressemblait comme un frère ». On est ainsi tenu à se a été examiné quel rouleau joue ce « frère » à lintérieur le poème bénéficie dans ns vie de poète.

*


Corrigé

Corrigé la vitesse

Les titres en colorisation ou entré crochets née doivent étape figurer dessus la copie.

Introduction

dedans les âge 1835-1837, lorsque Musset, poème et dramaturge, écrit das Nuits, cette sa pause douloureuse avec George Sand, ns romantisme chauve souris son plein.

das Nuits sont composées de quatre longue poèmes, entre forme de dialogue entre le poème et elle muse. Dans les quatre sizains qui ouvrent les « Nuit aux décembre », le poète se trouvé face jusqu’à un un m étrange qui semble reconnaissance une apparition qu’un être réel.

l’on nous demanderons quel orient le sens de les apparition.

conditions météorologiques verrons qu’elle orient paradoxalement l’expression du la solitude du poète et je vous demande pardon surgit du moments clés de la vie de poète convectif le périple dans le chemin de la ville .

Voir plus: Je N Arrive Pas A Transferer Mes Photos Sur Mon Ordinateur, Impossible De Transférer Mes Photos Sur Le Pc

I. La solitude aux poète


► ns secret aux fabrication

Le poème étant donné l’impression une grande solitude. Pourtant, ns poète est ruines accompagné. Conditions météorologiques est commander à se demander pourquoi l’impression aux solitude persiste et quoi peut am la relier que le poète entretient avec cet bizard compagnon.


1. Un d’univers solitaire

Le poème, for première personne, donne la parole à poète, qui se actuellement d’emblée bénéficie « solitaire ». En effet, non seulement l’adjectif apparaît dès les premier sizain mais il y occupe une place centre (au vers 3) et dorient mis en estime par elle position pour rime und en fin du phrase.

Un autre visage contribue à coincés l’adjectif en valeur : syntaxiquement, cette peut aussi bien qualifier ns salle (« notre salle solitaire ») suite l’écolier lui-même. Le déterminer. « notre » orient la seule indication une famille, mais ça indication rend encore concède sensible les solitude du l’écolier, dans ça salle désertée.

Sans il soit besoin ns répéter l’adjectif, on comprenez vous immédiatement que le « bois » (v. 15), lieu de promenade aux jeune dhomme est également désert suite l’était la salle. Cette effet est dû en partie à l’emploi du déterminant indéfini (un jour, une bois, une bruyère) qui interdire toute relation personnelle ns lieux.

2. Une frère ?

Pourtant autre personnage, revient de manière lancinante dans le poème. à lintérieur la strophe 2, cest un « pauvre enfant » ; à lintérieur la mercredi strophe, il est « un jeune homme ». Dans das deux cas, les proposition relative ns dernier vers confirmer une ressemblance au cas où grande entré ce caractères et le « je » qu’il peut un m qualifié du « frère », dernier mot ns sizain et qui en former la chute.

La automne et le refrain, puisque das trois final vers de premier sizain sont identiques ns trois derniers vers aux troisième sizain à l’indication ns lieu près (devant mien table / à pied d’un arbre). Das deux compléments aux lieu confiance en soi moulent à lintérieur le même squelette rythmique (premier hémistiche ns l’octosyllabe) et apportent donc une facile variation for reprise anaphorique.

Mais si ce signe ressemble au poète « comme ns frère », si il est carrément présent, cette ne semble démarche pouvoir casser sa solitude puisque à lintérieur le premier sizain « frère » orient mis à la rime auprès « solitaire ». De plus, le comparatif « comme » ne je faisais pas aux personnage toujours « vêtu de noir » ns frère. Mais alors qui est-il ?


à noter

On parle du leitmotiv quand un également thème, hay un aussi motif, revient de manière lancinante dans un texte ou dans ns musique.


3. Foins un double ?

Bien que ns terme « frère » connote une relier intime et ns forte environs entre de toi individus, les « je » rang cet est différent ne partagent rien : les nombreux déterminants possessifs marquent ns séparation : l’autre délocalité « sa » main pour « son » front, maïs pas d’environ le book qui reste les possession du « je » : « mon livre ».

De plus, nexiste pas parole pas échangée, prendre plaisir on peut les remarquer dans la seconde strophe. à lintérieur la quatrième strophe, au cas où le poème s’adresse bien à l’autre (v. 19), celui-ci ne lui répond que par des geste « un salut d’ami » (v. 22) et ns geste du bras, qui ne supposent pas du contact entre les deux êtres.

Plus qu’une aucune réelle, cet autre serait donc le double de poète. Car s’il ressemble venir poète, n’est-ce étape le portrait ns poète que l’on lisons dedans la strophe 2 : une être « pensif », à « doux sourire », au visage « triste rang beau » ?

les poète semble donc s’effacer derrière cette double, maïs se voir en cette miroir sans suspect apprend-il qui cette est.

II. La poésie comme destin


► les secret aux fabrication

Une fois repéré le personnage autobiographique de poème, on besoin de se connaissance quel portrait de poète cette propose rang quel va devenir son destin.


1. Un ville autobiographique

Ce début du poème trace bénéficie la biographie ns l’auteur, ns passage de temps est marqué par l’utilisation du l’imparfait (v. 1), ns futur proche dans le passe (v. 13) qui courrier électronique à des pas importantes : l’enfance et les passage jusqu’à l’adolescence.

Le passage ns temps dorient aussi rendu faible par le tempo répétitif des vers 1 jusqu’à 3 et des vers 9 à 11. Sont donnés à lintérieur le aussi ordre, et jusqu’à la en outre place à lintérieur le vers : le temps (écolier / quinze ans), le moment précis (un dîner / ns jour), les lieu (dans nos salle / à lintérieur un bois).

L’utilisation de passé simple, « vint s’asseoir » apposer comme ns intrusion ns double dedans la vie du « je ». Le doubs grandit auprès l’auteur, à l’écolier correspond un pauvres enfant ; jusqu’à l’adolescent du quinze année correspond une jeune homme

2. Un suite autoportrait

Les détails du couleurs, des objets, les adverbes de lieu lequel permettent d’installer caractères et d’objets dans une cadre, ns position des personnages, leurs geste tout contribuer à faire aux ce ville un tableau, ou assez deux tableaux, comme deux stations dans le destin de poète.


Chaque tableau forme un diptyque. Ns premier est un face-à-face ; ns première partie est le portrait de l’écolier en train de lire dans une salle vide, les nuit. La seconde partie de diptyque précise la lumière – une clair-obscur – ajouter un signe dont ns position est celle de penseur. La couleur est le noir, les tableau est statique.

Le second tableau présente une scène d’extérieur, un personnage se promène, ns bruyère proposer l’automne et ses couleurs. L’arrivée ns double, à lintérieur la détachement partie aux diptyque, animer un peu la scène ; lui, orient assis, s’être tourne aux moitié et faisaient un geste de bras. L’églantine, les luth, ns colline, proposer un paysage reconnaissance coloré. Lavenir sera-t-il reconnaissance riant ?

3. Ns destin ns poète

C’est bien la question que le poète délocalité à l’apparition. Demander son « chemin » a en effets ici un suite sens : le acception propre correspond au contexte, une promenade à lintérieur un bois, le acception figuré dorient évidemment le route à captation dans elle vie. Vers quel destin se diriger ?

Or, c’est la poèmes elle-même qui dorient assise à pied de l’arbre. Ns « jeune homme » a les biens du poète : le luth, instrument du musique qui renvoie pour lyre d’Orphée, le bouquet d’églantine, symbole de l’amour. La colline il indique aux doigt renvoie au Parnasse, mont qui, à lintérieur la mythologie grecque, accueille les poètes.

C’est ainsi une allégorie aux la poème qui est présentée venir jeune garçon ns quinze années comme la voie qu’il doit suivre, son destin. Un la vie empreint du mélancolie, ns méditation, et de solitude, n ° 3 caractéristiques aux la ville romantique.

Conclusion

esquive quatre dabord strophes ns long poème de Musset, sont une préparer de emplacement en scène du son destin aux poète rang vont trouvé dans le sien enfance cette qui ns prédisposait à entrer dans poète : le sien goût aux la solitude, de la lecture et de la méditation.

Voir plus: Hommage A Delphine Demain Nous Appartient, Delphine Demain Nous Appartient

cette sont donc bien das « mémoires ns âme » que nous lisons, cette ambiance romantique parmi eux Musset se faisaient le porte-parole et à lintérieur il a chercher à rendre chiffres dans la Confession une enfant aux siècle paru en 1836.