LA CITÉ DE LA PEUR DISTRIBUTION

Paroxysme ns la connerie joyeuse, le cinématicien culte de les Nuls reste demeure aussi drôle, aussi à la dixième vision. Jubilatoire.


Vous lisez ce: La cité de la peur distribution

*

*

Voir plus: Idée Surprise Anniversaire 18 Ans Garçon, Comment Fêter Son Anniversaire De 18 Ans

Durée : 1h39mn Date télé : 15 septembre 2021 23:00 Chaîne : TMC Reprise: 5 june 2019 Box-office : 2.279.194 entrée France / 442.053 entrées P.P. Date du sortie : 9 mars 1994
*

Voir plus: L' École Du M I Am L Ecole Du Micro D Argent, L'Ecole Du Micro D'Argent

Résumé : odile Deray, attachée de presse, vient venir Festival du Cannes pour concevoir le cinématicien "Red is Dead". Malheureusement, celui-ci dorient d’une telle la faiblesse que rien ne voudrais en donner l’écho. Maïs lorsque esquive projectionnistes aux long-métrage en des questions meurent chacun leur tour à lintérieur d’étranges circonstances, "Red is dead" prendre plaisir d’une étonnant publicité. Serge Karamazov est alors chargé aux protéger le frais projectionniste de film...


*

Critique: Chantal Lauby en attachée du presse vénale rang maladroite, alain Chabat en garde aux corps trompettiste et dostoïevskien (ceux qui ont vu le cinématicien comprendront), Dominique Farrugia en jeter abruti qui «vomit quand cest super content»: ns triade gagnante annonçant la couleur ns la fausse "comédie familiale" d’Alain Berbérian. Rare l’appellation ô combien de galvaudée aux "film culte" s’est tant beaucoup, tellement justifiée que pour La cité du la peur, sommet de débilité (voulue!) dedans l’horizon ns la comédie française, maintes temps imité, jm égalé. Pourquoi culte? parce que, plus de vingt-cinq ans après sa commercialisation, nous est demeure capable ns réciter par bloquer ses répliques hilarantes; par que, génération cette génération, ns nouveaux amateur viennent grossir elle horde aux fans beau conséquente: si, jusqu’à sa sortie en 1994, le cinématique pouvait capitaliser sur le réussite télé des Nuls, alors en saturé boom, il a de fédéré des fans concéder jeunes qui n’ont encore jamais tout le monde sait des émissions comme Objectif Nul foins le JTN. Bien sûr, le cinématicien a carrément un petit coup aux vieux, une charme un peu kitsch lequel ne à lui va d’ailleurs pas si mal, viens du tout, ici, est ns domaine aux la parodie et ns grotesque.

*

La singularité et les réussite du La cité ns la craignant tiennent surtout du fait que les Nuls s’inscrivent plié dans une "qualité française" chauvine, qui ferait vieillir le cinématique prématurément, que dans une tradition comique plutôt anglo-saxonne, des monty Python (le nonsense élégant) ns ZAZ (le jusqu’au-boutisme ns gag qui tache). Le maigre ligne narratif (un assassins en série terrorise les Festival ns Cannes et promotion le réalisations d’un cinématique d’horreur minable) n’est plus prétexte à une avalanche du gags, cette qui apparaître évidemment un battre facile; maïs le point de départ factice est largement compensait par ns force manga déployée tout venir long de métrage, véritable éclat du rire d’1h39 d’où même les générique du fin est à confiance en soi tordre. De qu’il faut un saint talent, un saint culot et surtout une saint foi à lintérieur l’humour pour tenir aussi bon la distance, piochant avec frénésie dans alger les champs possibles ns gag: runnings gags, gag absurdes, gags scato, gags visuels, gags parodiques (le cinématique cite Terminator, basic Instinct, nice Woman, bad Taste...), gag authentiquement "nuls"... Une véritable festival, sans mauvais jeu de mots! das Nuls osent tout, n’ont présent de rien et voir large, uniquement guider par les logique de "une protocole = ns gag", jamais qui, le total toute, ne irréfléchi pas du noblesse: cette s’agit de divertir, cest tout, et aux le faire bien. Difficile donc de recenser toutes les perles du La Cité de la peur, même au cas où la chorégraphique torride aux duo Chabat/Darmon (la Carioca finale, ns bonheur), la séquence indispensable à Vera Cruz ou de nouveau la félicitations histoire de whisky et de doigts hasardeux fort ns rester de nouveau longtemps dans das annales ns la connerie, nai pas parler ns répliques immortelles telles plus «Barrez-vous cons de mimes!» hay «Pluto, c’est le chien du Mickey». Das interprètes, petit ou formidable rôles, venir d’horizons assez divers aux ciné français (on trouve aussi bon Gérard Darmon und Eddy Mitchell suite Bacri et sam Karmann, jusqu’à l’hommage posthume à bruno Carette, le quatrième Nul) und participent venir carré parce que le jouissance du l’ensemble: aucas on s’amuse autant devant ns Cité de la peur, c’est en outre parce plus les jeter eux-mêmes semblent s’amuser prendre plaisir des gosses! on l’aura compris, en outre s’il peut demeure y avoir des réfractaires à ça ode pour bêtise pure et solide (ça pouvez se comprendre), difficile aux résister à une telle recette, plus Chabat réemploya avec succès à lintérieur son Astérix, huit âge plus tard. «Youpi, dansons la Carioca...»