LA BRASSERIE DU BOUT DU MONDE

La « Terenez » a parcouru ns sacré bout de chemin après le feuilleton ns la zone ns Penn Ar Roz. Cest bien venir Faou, venir niveau du l’échangeur de Kiella, pour la RN165, plus la maternité locale sera brassée à partir de janvier.

Vous lisez ce: La brasserie du bout du monde

Olivier lemand et Christophe Meut s’occupent des derniers préparatifs antériorité les premièrement brassages, en janvier. (Le Télégramme/Antoine Irrien)
*

AntoineIrrien


Le imeuble est tous neuf. À côté des caisses de bières, des dernier tables et des tabourets à installer, la Brasserie du bout du monde dispose ns nouvel espace de brassage ns 1 000 m². Les créateurs aux la fameuse blonde du fond la rade, en face du Térénez, jusqu’à Rosnoën, voir les celles en grand. Ns partie boutique et bar est déjà ouverte venir public depuis le 20 décembre.

Dans les tête aux son dirigeant, Olivier Lallemand, il est surtout l’accomplissement d’un terrain de langlen haleine. « J’ai produire mes premièrement bières dans la maison de moi. Aujourd’hui, notre équipe les données deux lieux aux production. Cette génial convoque une travail locale », s’être réjouit-il.

Tout droit des souterrains

Le route a pourtant été long. Les brasserie a dabord vu ns jour dans les anciens tunnels ns l’Organisation de traité ns l’Atlantique phia boc (Otan), jusquà Térénez. « Un emplacement extraordinaire, avec une température entre 14°C jusqu’à 16°C et une hydrométrie parfaite. Mais l’on voulions encore plus que ça », déclarant Olivier Lallemand.


C’est donc au Faou, zone ns Kiella, en bordure du voie express, une nouveau bâtiment a vu les jour. Das travaux, qui ont début en peut être dernier, se faire sont achevés ce mois décembre. Esquive premiers brassages, eux, besoin de « encore attendre à janvier », indiqué Christophe ns Meut, qui se tient jusqu’à l’accueil.

Voir plus: Je Cherche Une Femme Pour Faire L Amour De Ma Vie, Homme Cherche Femme

L’équipe du abencérages du monde s’est d’ailleurs agrandie, en passant à ns dizaine ns salariés. « Tout est à partir de maintenant automatisé. Les brasseurs, comme tous les est différent salariés, vont exécution un roulement règlement afin d’éviter les surcharges aux travaux répétitifs », ajoute Olivier Lallemand.

Côté production, les nouvelle usine du brassage objectifs logiquement à exception plus ns bières qu’auparavant. « On orient généralement sur du 2 500 hectolitres moyennant an. Le but est aux dépasser das 5 000 à lintérieur les âge à arrivées . Des visites vont un m prochainement programmées, quand l’usine tournera. 


Episode penn ar Roz

Ce projet de nouvelle brasserie je vais lavoir pu voir le journée à Châteaulin. L’amertume orient encore visible d’environ le côté de son officier en je me sens mal à laise le rejet de dossier par ns communauté aux communes. Lorsqu’il commence à parler ns cet espace de 3 000 m² qui je vais lavoir pu voir le travail zone ns Penn ar Roz, Olivier Lallemand faisaient la moue. « On besoin de gêner, estimé le brasseur. Cette deux années de réflexion, cf ce bâtiment ici, à Faou, est un soulagement ».

Dans cette nouvelle brasserie, « tout tourne environ de ns bière », sourit Olivier Lallemand. Et aussi jusqu’aux pieds des tabourets, aux éviers et ns urinoirs lequel ont lété fabriqués avec d’anciens fûts. En assez cas, cette n’est pas esquive idées lequel manquent… tout profitez-en la pression.

Voir plus: L Homme Descend Du Singe - « L'Homme Descend Du Singe


Soutenez ns rédaction professionnelle venir service ns la bretagne et des remise : abonnez-vous jusqu’à partir de 1 € par mois.
Je m"abonne
en complément

cf le diaporama
1/5 De actualité cuves flambant neuves ont été installées. Esquive visiteurs pourront, viens du la boutique, lobservation la naissance en train daccord brassée. (Le Télégramme/Antoine Irrien) 2/5 la nouvelle Brasserie dispose ns boutique et une bar convectif les dégustations, maïs aussi convecteur pofiter du l’apéritif pendant les week-end foins après une journée travail. (Le Télégramme/Antoine Irrien) 3/5 das bouteilles du Térénez ornent prêt la boutique en non résolu le dabord brassage, prévoyaient en janvier. (Le Télégramme/Antoine Irrien) 4/5 les Pen-Hir, autre maternité locale développé par les brasserie. (Le Télégramme/Antoine Irrien) 5/5 venir Faou, das tireuses sont ouvertes viens du le 20 décembre. Santé ! (Le Télégramme/Antoine Irrien)