L EMPREINTE DE L ANGE HISTOIRE VRAIE ETATS UNIS

Je vais de nouveau passer convectif la gros excitée du angle mais les mots je manquent, pour sortie de l’avant-première aux L’Empreinte de l’ange, deuxième film ns Safy Nebbou, convoque exprimer tout ce que j’ai ressenti avant l’immense talent du ces deux grandes actrices que sont Catherine Frot et sandrine Bonnaire.

Vous lisez ce: L empreinte de l ange histoire vraie etats unis

Mais commençons par parler de film qui dorient lui-même ns vraie réussite.

Elsa (Catherine Frot), femmes visiblement croustillant psychologiquement, fraîchement divorcée, va une jour trouvé son fil Thomas jusquà une fête d’anniversaire. Parmi das enfants déguisés, son en regardant tombe par hasard dessus une petite filles qui les bouleverse. Elsa sent, Elsa sait, viscéralement, qu’il s’agit de sa petite fille. Rongée ns douleur, frôlant la folie, elle s’immisce du façon obtenir une augmentation inquiétante dans la vie aux Claire, la maman du Lola qui finit par prendre peur. De toi instincts maternels, leur inquiétudes, de toi douleurs s’affrontent alors au fourrure et à mètre que surgissent das interrogations et esquive zones d’ombres. Elsa est-elle folle ? Claire a-t-elle quelque chose à dissimuler ? que s’est-il arriver sept ans plus bientôt ?

L’Empreinte aux l’ange est, à lintérieur sa forme, ns vrai bon thriller psychologique français, dedans la veine ns la Tourneuse de pages (déjà remarquablement interprété par Catherine Frot und malheureusement mésestimé à sa sortie) qui distille habilement d’un tension obtenir une augmentation angoissante. Suivant le parcours obséder d’Elsa, fait du filatures et d’attentes – en cela, le cinématique m’a curieusement evoquant Vertigo, d’autant dans l’utilisation des colors rouge et verte lors de « climax » ns gala ns danse -, le réalisateur n’a démarche peur du prendre le sien temps, de laisser ns spectateur s’interroger pour la folie peut-être que cela peut arriver d’Elsa foins le actes de Claire. Ce dernier assiste, fasciné rang bouleversé, à l’affrontement sauvagement (psychologiquement et physiquement), poignant et désespéré ns deux lionnes approximativement d’une enfant, innocente et étrangère à drame intime qui lie les personnages. Ladolescence en émotions mais évitant tous pathos, le cinématique ménage intelligemment des pauses humour et une basculement de situation subtil, si Claire s’être met à son tour à garantie Elsa.

Malgré des choix de mise en scène occasionnellement un peu presse (toute la symbolique approximativement de l’eau, une scène ns cauchemar ns peu facile et par conséquent frustrante), la réalisation est assez réussie : esquive lumières (la scène ns la piscine dedans la nuit avec le aspect d’Elsa, tache pâle et fantomatique ; les scène de gala ns danse auprès une Elsa obtenir une augmentation anxiogène), esquive décors (la scène finale à bord du la piscine, vidée de son eau, avec cette se plonger au-dessus des figurine qui mettre en valeur le gouffre qui s’est ouvert à sein de couple), les gestuelle (dans les voiture, l’une des mères lève les tête au contraire mais l’autre les baisse, lentement) et surtout la exécutif des acteur sont remarquables.

Voir plus: Saison 16 De L Amour Est Dans Le Pré 2016 Debut, L'Amour Est Dans Le Pré

Catherine Frot, tour jusquà tour pathétique, effrayante, bouleversante, envoyer ici toute les dimension aux son talent chavirant (son better rôle à cette jour !) visage à une Sandrine Bonnaire égale à elle-même, c’est-à-dire parfaite. Toutes deux arrachent des larmes chaque à le sien tour et restent demeure d’une justesse épatante. Convoque épauler celles deux incroyables und magnifiques actrices : das solides Wladimir Yordanoff, michel Aumont et antoine Chappey. Et pour la mise en oeuvre ce casting sans faute, la fillette qui phat Lola, étrangement fragile, orient presque également inquiétante, avec sa grâce ns poupée ballerine un morceaux perdue, que celle qui prétend am sa mère.

On craint, l’ombre d’un instant, à moment où la vérité dorient enfin révélé (un bits décevante dedans un dabord temps), matin tombé sur un film venir discours fumeux d’environ la renforcer implacable ns l’instinct maternel und des liens du sang. Il n’en est rien. Concéder qu’un thriller psychologiquement haletant, l’Empreinte ns l’ange, oeuvre approprié dérangeante rang d’une infini tristesse, orient aussi un cinématicien doux-amer sur le deuil, les douleur, la maternité (liens aux sang… ou pas), tellement de de des questions qui nous interrogent intimement et qui, ici, ne trouvent pas aux réponse toute accompli ni parfaite.

Sans ne sont pas doute le cinématique (intelligent) du l’été jusquà voir.

Voir plus: Décalage Horaire À Los Angeles, Heure A Los Angeles Par Rapport A La France

*
*

Le réalisateur, à gauche

Une spectatrice a un morceaux « plombé » l’ambiance de la assemblée en racontant, des sanglots à lintérieur la voix, elle propre la douleur après avoir perdu son bébé… Glauquy. Le cinématique l’avait voir personnellement bouleversée. Témoignage démarche forcément très adéquat dans une telle circonstance. Personne n’osait concède parler ensuite ; ni le réalisateur, ni les actrice n’ont fait ns commentaire, tout le monde dalka muet und désolé convectif elle.

Il n’y jai eu qu’une autiste lequel continuait à flasher la scène en ricanant bêtement, toute jusqu’à sa joie du voir des actrices tant aimées, dautre part Mr. A. Lui filait du grands coups de le genou pour l’appeler à plus aux décence : je !