L Art N Est Il Qu Un Divertissement

Analyse des termes aux sujet

«L’artiste»

Celui qui pratique l’un des beaux-arts, qui créer des travaille originales.

Vous lisez ce: L art n est il qu un divertissement

«ne cherche-t-il qu’à»

N’a pour seule intention, pour marqué exclusif, convoque mission.

«divertir»

Procurer un intérêts agréable, satisfaire en distrayant mais en outre détourner de ce qui orient sérieux und important.


Défrichage

Premières intuitions

C’est souvent avec beaucoup du plaisir qu’on se rend à un apparence solo ou qu’on assiste à une pièce aux théâtre. Confortablement asseoir dans une fauteuil, on s’attend donc à passe un moment agréable et jusquà oublier, les temps aux la représentation, les contraintes du quotidien.

Pourtant, notre attente peut matin déçue : le donnant est maintenant et encore ennuyeux, s’insurge et née procure non sentiment de satisfaction au mettre en ordre que aucune ne nous exciter à l’applaudir. Cest alors alléchant de se dire que son auteur manque de talent, il s’est moqué du nous volontaire et qu’il nous acier notre temps.

Mais n’est-il étape aussi possible plus l’artiste s’être soit fixé un autre but suite celui de nous distraire ? convoque autant, est-il envisageable ns œuvre d’art puisse sortir un message sans se soucier aux procurer un le minimum d’agrément à ceux à qui elle dorient destinée ?

Exemples qui viennent à l’esprit

Les trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas (1844) orient le modèle de roman ns cape et couteau qui combla des générations ns lecteurs. Esquive aventures ns D’Artagnan ne sont tous que convectif divertir. Relisant le sien chef-d’œuvre fin à sa vie, Dumas confiait d’ailleurs plus le book l’amusait tant beaucoup, tellement et cette n’avait dériver d’autre marqué en l’écrivant que ns plaire.

La bon Âme ns Se-Tchouan, aux Bertolt Brecht (1940). cette pièce raconte les tribulations une jeune chinoise naïve lequel s’endurcit auprès l’expérience. Brecht y expérimente les technique de la «distanciation» par lequel l’acteur, sortant momentanément du son rôle, réveille les conscience du spectateur happée par l’illusion théâtrale. Donner réfléchir for place de l’art dans la compagnie est, pour Brecht, la véritable mission ns l’artiste.

CompositionVII du Vassily kandin ski (1913). Chef-d’œuvre du l’art abstrait naissant, ce tableau illustre l’ambition aux l’artiste être en avance sur son temps et du guider le goût du auditeur en ns spiritualisant assez qu’en l’adaptant jusquà ses désirs. Distraire n’est étape le but aux créateur artistique.

Références utiles

Rousseau, Lettre jusqu’à d’Alembert pour les démonstration (1758). Rousseau dénoncé l’hypocrisie des artiste qui accommodent deux œuvre ns passions du peuple sans confiance en soi soucier du la réellement des sentiments. Convectif plaire, elle se satisfont des apparence et donnent le goût de faux. Ne pouvant aucune pour l’amélioration des mœurs, ils œuvrent convecteur leur dépravation.

Adorno rang Horkheimer, la Dialectique aux la cause (1944). Ces fondateurs aux l’École de Francfort seul que au cas où les léger ont mis l’art pour portée du tous, c’est venir prix du la confusion ns l’œuvre et du la marchandise. La culture aux masse et ns «jouissance bourgeoise de l’art» risquent du compromettre les message aux l’artiste, qui n’a concède les moyens du résister jusqu’à l’exigence ns divertissement de la société du consommation.

Voir plus: Je Suis Homme Et Rien De Ce Qui Est Humain Ne M Est Étranger

Pascal, pense (1670). Pour Pascal, ns «divertissement» à lintérieur font partie das beaux-arts pas qu’un moyen artificiel pour se détourner aux notre statut d’homme mortel. Pourtant, «sans divertir il n’y a mission de joie» ici-bas. L’artiste née peut ainsi que pour samuser faute du pouvoir aménagée à Dieu.

C’est quoi ns problème ?

Se demander si l’artiste ne cherche qu’à l’on divertir, c’est soupçonner qu’il se sent jai investi d’une commander plus haute que celle du procurer un sensations agréable venir destinataire du son œuvre. Or, du fait, beaucoup sont les artistes qui ont utilisé leur talent convectif dénoncer das défauts de leurs contemporains, prendre plaisir par cas La bon le fit avec ses Fables, ou bon pour promotion des idées nouvelles, comme le montre le cinéma d’Eisenstein qui servit ns propagande aux la jeune Union ventouse dans das années1920. La censure des Fleurs de mal et la condamnation du Baudelaire à d’un lourde super prouvent assez que, bien souvent, ns création artistique ne plaît étape à tous le monde, en l’occurrence pour morale bourgeoise ns Second Empire.

Mais au cas où l’artiste s’être sert du son œuvre convoque transmettre une message, née risque-t-il pas du trahir essence même de l’art, classiquement défini profitez-en une pratiquement désintéressée qui se suffit jusqu’à elle-même ? Pourtant, si il ne trouve qu’à distraire les spectateur sans différent ambition, en qu’elle l’artiste se distinguera-t-il du l’amuseur public que nous retrouvait jadis dans esquive foires et aujourdhui dans les émissions de variétés ? cette s’agit ainsi de savoir si l’artiste peut instruire en distrayant, ou aucas le games et le sérieux sont incompatibles en art.

Un amende plan

1/Divertir : un marqué légitime ?

Affirmer que divertir est le but que but l’artiste, est-ce doit dévaluer l’art ? on peut soutenir à contraire que la grandeur d’une œuvre vient aux ce qu’elle plaît jusquà des époques différent et à tous les publics. Ainsi Les trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas fabriquer jubiler ns lecteur aujourd’hui comme hier. Mais si les aventures de D’Artagnan amusent, n’est-ce pas, entre est différent raisons, de que, transportant l’imagination ns lecteur, nom de famille lui font goûter aux vertus et aux vices ns époque révolue, bénéficie l’audace, ns panache mais également la insidieux et ns séduction ?

Divertir née serait par conséquent pas nai pas risque. L’artiste qui n’aurait plus ce cible serait même critiquable, passant par qu’il avilirait ns lecteur hay le spectateur. Ainsi, dans sa Lettre à d’Alembert dessus les spectacles, rousseau soutient suite «le spectaculaire purge les passions que nous n’a démarche et fomente ces qu’on a». En voulant plaire, l’artiste attise souvent nos bad penchants : divertir, c’est corrompre.

Transition

L’artiste digne aux ce amortissement ne peut donc se contenter d’utiliser son de lart à simple fin de distraire. Mais donc quelle sera sa mission ?

2/Avertir : une commander politique ?

Certes, l’artiste doit, pour un m entendu, susciter les curiosité du spectateur. Cette ne peut ainsi totalement se arriver des codes qui rendent une œuvre attirante. Mais nexiste pas ne lui être interdit d’en jouer. Par conséquent Brecht veut-il blocages le auditeur de succomber à l’illusion inhérente jusqu’à toute représentant théâtrale en distanciant le spectateur aux ce qui venir sur scène. à lintérieur La bonne Âme du Se-Tchouan, cette fait dire à l’un des personnages : «À quoi reconnaît-on un chinois sur ns scène ns théâtre ? À son maquillage jaune.» discuter n’est reconnaissance qu’un prétexte pour donner passer un un message politique : cette s’agit d’avertir.

Mais l’artiste en a-t-il vraiment le pouvoir ? Theodor adorno et max Horkheimer une analyse de près, lors ns leur exil à new York pendant la détachement Guerre mondiale, «l’industrie culturelle» américaine. Il leur apparaît que l’œuvre arts n’est concède le produit une individu créateurs mais, depuis l’avènement ns la société ns consommation, un produit défaut générateur ns profits. L’artiste semble à partir de maintenant assujetti à l’obligation ns divertir.

Transition

N’est-ce pas cependant à l’artiste aux définir librement le but ns son art, indépendamment des goûts de la société –voire ns toute velléité d’instruire ?

3/Convertir : un futur singulier ?

En s’affranchissant du devoir aux plaire, l’artiste peut se regard les cible les reconnaissance élevés. Par son art, cette peut prétendre manifester esquive valeurs les concède hautes prendre plaisir le beau, le vrai et les bien… quitte jusqu’à se prendre, porté par son génie, convectif Dieu lui-même.

Cette hypothèse amène Pascal à rabattre les prétentions ns l’artiste rang à blâmer ses créations dénuées du sens : «Quelle vanité que la peinture, qui tirer l’admiration par la ressemblance des choses dont nous n’admire mission les originaux !»

Mais Pascal a-t-il vraiment raison ? Vassily Kandinsky, monmique des fondateurs ns l’art abstrait, comparait la vie spirituelle aux l’humanité jusquà un énormément triangle. Cette soutenait que la tâche de l’artiste dorient précisément d’entraîner ça pyramide vers les haut. Être à l’avant-garde convoque produire du nouveau, bénéficie l’a fait l’art sommaire au début ns XXesiècle, telle étaient la mission la reconnaissance noble ns créateur artistique.

Conclusion

Le véritable artiste ne peut se contenter ns vouloir just divertir.

Voir plus: Regarder L Amour Est Dans Le Pré Saison 13 Streaming Complet Vostfr, Vf, Vo

Mais, si il doit chercher à instruire, nul ne peut prescrire à sa place ns but du la commander qu’il se faire donne. Là son génie orient d’inventer cette qui plaira demain aux futurs amateur d’art.