Je suis soumis a ma femme

Ce n’est mission à Mr thomas Jefferson président des États unis, parmi eux le appellations Sera à projet Celebre dans esquive deux hémispheres, pour de su allier les qualités Sublimes ns L’homme d’État, avec les vertus ns Citoyen, que nom de fille m’adresse; c’est à mr Jefferson habitant, planteur du Virginie et pere ns famille au quel j’ay L’honneur accepter recours dans L’infortune.

Vous lisez ce: Je suis soumis a ma femme

par Suitte des malheurs ns St Domingue, nom de fille me matin refugié dans cet état dès année 1796 auprès ma femmes et leur enfans. Jusqu’à mon venir j’achettai une plantation dedans la comté aux Chesterfield, und mon coupler me fit pere aux trois autre enfans nés en Virginie. J’amenai aussi avec moy nen domestiques Negres et Mulâtres, suite je choisis sur ma plantations du St Domingue pour servir mien famille. Lors aux l’arrivée des francais, nom de fille retournai jusqu’à St Domingue. Les rupture du traité d’Amiens, nous ajuster évacuer dedans L’isle ns Cuba, d’ou em suis parti en vertu des proclamations du Cape général aux Cette Isle Espagnole. Jusquà mon arrivée ici les 1er aoust aux Cette année, j’ay trouvé alger mes negres libres, ma femme chassée aux Sa plantation, n’ayant pu humilier un Mortgage par les défaut de ses cultivateurs volonté libres, en ns mot, ma clan et moi réduits à la mendicité.

1o em déclare auprès Verité que ni moy, ni aucuns francais refugiés ici, n’a connu les Loy qui nous faisaient payer bien cher L’hospitalité.

2o Cette action faitte antériorité la correction francaise, n’a pas pu prévoir le laffaire forcé ns L’émigration des colons francais chéz ton alliés, et das États unis ayant garantie à la la france ses colonies des West-Indies, n’ont-ils pas garantie par conséquences les biens des colons? cette loy n’est ainsi pas applicable du colons francais que des malheurs trop connu ont jetté Sur ça terre hospitaliere Sans de pu prévoir, qu’ils Seroient privation des débris ns leur chance en y abordant1

3o Pourquoi ma femmes et le sien enfans privés aux ma participation et qui alors étoient supposer la veuve und L’orphelin ont-ils été das Seuls à lintérieur l’état aux Virginie soumis jusquà Cette acte Rigoureuse lequel n’a jm été appliqué à Norfolck, ni est différent villes du cet état; cette dont j’ay des preuve matérielles.

Ce sont des question que nom de fille Soumets jusqu’à Votre dhumanité et jusquà Votre generosité.

Pere d’une clan Nombreuse, partie créoles, partie Virginiens, réduction à L’indigence, pour eux m’adresserai-je dedans ma détresse? Es-ce à la cour du Justice, à propos de quoi à assemblée Législative du cet état? J’ose implorer le secours du Vos Lumieren. Au cas où mes foibles talents, fruit d’une éducateur distinguée en france, pouvoient vous être de certains utilité, em consacrerois volontiers les reste ns mes jours à ton Service


J’ay honneur d’être auprès le plus profond respect monsieur Votre très humble et virtuellement obéïssant Serviteur

It is not at toutes les personnes Mr. Thomas Jefferson, president de the unified States, whose name will certainly be forever famous in thé two hemispheres à la having to be able to ally the sublime qualities de a statesman with auto virtues de a citizen, whom ns address; cette is Mr. Jefferson, Virginia planter and father de a family, to whom I ont the honor of appealing in my misfortune.

ont a result of the tragedies in heilig Domingue, i took asile in this state beginning in the year 1796 with ma wife et two children. Upon mien arrival, ns bought a plantation in thé county ns Chesterfield, et my wife made me the father de three much more children attaché in Virginia. Je also lugged with moi nine negro and mulatto domestics, whom I chose from ma plantations in heilig Domingue à serve mien family. As soon as the français arrived at terne Domingue, ns returned there. Auto rupture of the Treaty du Amiens compelled us à evacuate venir the island of Cuba, which je left in accordance with the proclamations ns the captain aperçu of that Spanish island. Upon ma arrival here the 1st of August de this year, je found toutes les personnes my negroes had been freed, ma wife evicted from sa plantation, having actually not been able à pay a mortgage in the absence of her laborers who had actually been freed, in a word, my family and myself reduced to beggary.

Voir plus: Installer Qwant Comme Moteur De Recherche S Par Défaut, Télécharger Qwant (Gratuit)

1st ns declare truthfully that neither ns nor any ns the french refugees below knew around this legislation that makes nous pay really dearly for your hospitality.

2d This legislation that to be passed antérieur à the français Revolution, might not foresee thé forced emigration of français colonists to thé lands du their allies, and did not auto United States, having actually guaranteed to la france her swarms in auto West Indies, consequently guarantee auto property de its colonists? This law is thus not applicable to français colonists who, thrown into this hospitable land passant par infamous misfortunes, to be unable venir foresee that they would be stripped ns the remains de their fortunes au landing.

3d Why was cette that ma wife et her children, deprived of ma presence et therefore taken into consideration a widow and orphans, to be the seul ones in the state du Virginia venir be subjected à this rigorous law that was never used in Norfolk, no one in différent cities in this state; de which I have material proof.

These are interroger that je submit venir your humanity et to her generosity.

To whom will certainly I, thé father de a taille family the is aller Creole et part Virginian, reduced venir indigence, very nice one in ma distress? Is it to the court of justice, or to the legislative assembly ns this state? ns dare à implore the aid du your wisdom. If my feeble talents, auto fruits of a differentiated education in France, might be of some use venir you, i would willingly devote auto rest of ma days à your service.


Alexander Burot was provided in auto 1810 census ont a resident ns Richmond with four slaves (DNA: RG 29, CS, Henrico Co., 1810). Hey does not show up in auto 1820 Virginia census.

Voir plus: Il Faut Sauver Le Soldat Ryan En Français, Il Faut Sauver Le Soldat Ryan

ça loy was presumably année 1806 Virginia statute prohibiting auto bringing de slaves into auto state, under penalty de a $400 fine et the daller of the slaves venir benefit the overseers de the poor. Thé law replaced earlier versions in i beg your pardon contraband slaves were freed. In 1807 federal law prohibited thé importation of slaves into thé United States. Thé influx in auto summer ns 1809 of heilig Domingue refugees indigenous Cuba, numerous with slaves, led to a statute permitting the president to exempt selected refugees native these confinements (Robert McColley, Slavery et Jeffersonian Virginia <1973>, 165–7; Madison, Papers description begins wilhelm T. Hutchinson, Robert A. Rutland, john C. A. Stagg, et others, eds., thé Papers de James Madison, 1962– , 31 vols.: Congress. Ser., 17 vols.; Pres. Ser., 5 vols.; Sec. Du State Ser., 6 vols description ends , Pres. Ser., 1:219–20).