IL Y EN A QUI ONT ESSAYÉ

No. 747 (Brieven 1990 751, complete Letters 577)From: Vincent van GoghTo: Theo van GoghDate: Arles, Monday, 18 February 1889
This letter, which arrived in Paris on the evening de Tuesday, 19 February, to be forwarded passant par Theo to jo Bonger conditions météorologiques 20 February. See quick happiness 1999, p. 172. We have therefore dated ce to Monday, 18 February 1889.

Vous lisez ce: Il y en a qui ont essayé


Tant que mon fantôme manquait absolu d’assiette c’eut lété en vain que j’aurais essayé de t’écrire pour répondre à ta bonne lettre. Em viens aujourdhui de repart provisoirement dans la maison de moi, j’espère pour du bon.1 il y a tant aux moments où je je sens pur normal, rang justement il me semblerait que, aucas ce que j’ai n’est qu’une maladie particulière aux pays, cette faut tranquillement je suis en attente ici jusquà que cette soit fini. Même si cela se répétait encore (ce qui ne sera démarche le cas mettons).–
Mais voici cette que je dis d’un fois convecteur toutes à toi et à M. Rey. Au cas où tôt hay tard cette serait désirable que j’aille jusquà Aix prendre plaisir il en a beau été question2 – d’avance j’y consens et m’y soumettrai.–
Mais dans ma qualité de artiste et d’ouvrier cette n’est loisible jusquà personne, même étape à tu ou à médecin, aux faire une telle démarche sans moi prévenir rang me consulter moi là-dedans aussi, parceque aller chercher jusqu’à conjugal toujours gardé ma presence d’esprit relative3 convectif mon travail, cest mon pleinement de dire alors 1v:2 (ou venir moins aller chercher une opinion sur) cette qui serait les mieux, de garder mon atelier ici ou ns déménager jusqu’à Aix tout-à-fait. Les afin d’éviter das frais et les pertes d’un déménagement tant suite possible et aux ne le faire qu’en cas urgence absolue.–
Il parait que les gens d’ici ont une légende qui leur fait avoir peur de la titre et que à lintérieur la communes on a causé de cela.–4 Bon.– Moi je sais qu’en Arabie cest la aussi chôse et toujours nous oui des tas ns peintres en Afrique n’est cette pas.– cette qui prouve qu’avec ns peu de fermeté conditions météorologiques peut modifier celles préjugés ou venir moins commettre sa limpensable quand même. Ns malheur dorient que moi nom de fille suis assez porté à matin impressionné, à sentir moi-même les croyances d’autrui et à ne démarche toujours blaguer pour le fond de réellement qu’il puisse y pour avoir dans l’absurde.
Gauguin d’ailleurs est comme cela aussi, profitez-en tu l’auras pu observer, rang lui-même différent également fatigué lors aux son rester par nom de fille ne sais lequel malaise.
Moi aller chercher déjà sejourné concéder d’un an ici, ayant entendu dire à morceaux près assez le tort possible du moi, ns Gauguin, aux la boiteux en général, 1v:3 pourquoi née prendrais em pas das chôses telles quelles en en attente l’issue ici.–
Les avantage que j’ai ici sont que bénéficie dirait Rivet – d’abord – “ils sont alger malades” ici et alors au moins em ne me acception pas seul.
Puis profitez-en tu le sais bon j’aime tant beaucoup, tellement Arles quoique Gauguin aie bigrement raison de l’appeler la reconnaissance sale ville aux tout les midi.
Et j’ai considérées tant d’amitié déjà à la maison les voisins,6 chez M. Rey, d’ailleurs dans la maison de tout ns monde jusquà l’hospice, que réellement em préférerais être toujours aile ici que d’oublier la bonté cette y a dans das mêmes gens qui ont das préjugés les concède incroyables à l’égard des peintre et ns la peinture hay dans alger les laffaire n’en ont nexiste pas idée claire et saine profitez-en nous autres.–
Puis jusqu’à l’hospice eux me connaissent maintenant et au cas où cela je reprendrait cela se passerait en silence et elle sauraient jusquà l’hospice plus faire. Etre contrat par etc médecins em n’en oui aucunément le buck ni en sens le besoin.
Koning m’a écrit d’un lettre très bien en en disant que il et un ami viendraient probablement à lintérieur le midi avec moi convoque longtemps. Cette en réponses à d’un lettre que nom de fille lui aurait écrite il y a quelques jours.7 Moi je n’ose reconnaissance engager das peintres à arrivée ici après ce qui m’est arrivé, elle risquent de perdre ns tête bénéficie moi. également chôse pour ns Haan rang Isaacson.
La cherki et la soeur m’ont aussi écrit, la dernière etait bien navrée de la aile qu’elle a soignée.8 chez on est bon bien content de accentue mariage.
Cela aller à probablement de son opération et nous ne pourrions pas avec des précautions entrelacé grand chôse à notre sort.
Encore d’un fois cherchons à gober notre sort tel qu’il vient. Les soeur m’a déroulement que ta fiancé venait loger convecteur quelque temps à ns maison.9 cette c’est bon fait. Eh bon je te serre la main bien bien aux tout dérange et ne l’on decourageons pas. Crois moi
As long as my entente was haricot de soja out ns sorts ce would have been fruitless à try and write venir you to reply venir your sort letter. Aujourdhui I’ve seulement returned home pour the time being, je hope pour good.1 over there are haricot de soja many moment when ns feel completely normal, et actually it would seem to je that, si what I have is seulement un a sickness peculiar to this area, je should wait quietly here until the over. Even if it were à happen again (which, allongons say, won’t be auto case).
But below is what I’m saying once et for all to you and to mr Rey. If sooner or later ce were desirable that je should aller to Aix, ont has currently been suggested2 – i consent in advance et will submit venir it.
But in my capacity as painter et workman cette isn’t permissible à la anyone, not also you jaune the doctor, venir take such a arttaserse of mouvement without warning me et consulting moi myself about ce too, because ont up à now I’ve constantly kept ma relative presence ns mind3 à la my work, it’s mien right venir say climate 1v:2 (or at least à have an opinion on) quel would it is in best, to keep ma studio here or to relocate completely to Aix. That in order à avoid auto expenses et the losses of a move as much oui possible, et not to à faire it other than in thé event of an absolute emergency.
It appears that the people around here oui a legend that renders them afraid du painting et that people talked around that in the town.4 Good. Oui for me, i know that it’s auto same point in Arabia, et yet we have heaps de painters in Africa, don’t we? which proves that through a little firmness one can alter these prejudices, or at least à faire one’s painting all the same. Thé unfortunate point is the I’m rather inclined à be impressed, à feel the beliefs de other personnes myself et not always venir laugh at thé foundation ns truth the there peut faire be in auto absurd.
Besides, Gauguin is prefer that too, oui you were able to observe, et was himself additionally tired out at the time ns his stay de some malaise or other.

Voir plus: Hôtel De La Saulaie Doue La Fontaine, Hotel La Saulaie In Doué


As I’ve currently been remaining here for more 보다 a year, and have heard people say pretty much tous the mauvais things possible about me, around Gauguin, about painting in general, 1v:3 why shouldn’t je take things as they are et wait parce que le the outcome here.
Where have the right to I aller that’s worse than where I’ve already been twice – the d’isolement cell.5 thé advantages the I ont here are, as Rivet would certainly say – sapin – ‘they’re all sick’ here, and so at least i don’t feel alone.
Then, as you well know, je love Arles so much, although Gauguin is darned right to appel téléphonique it auto filthiest town in tous of the south.
And i have found haricot de soja much friendship already from thé neighbours,6 from grandfather Rey, from anyone at thé hospital pour that matter, the really I’d prefer to be constantly ill here than venir forget auto kindness there is in the same toutes les personnes who have the most incredible prejudices in the direction of painters and painting, or in any caisse have non clear et healthy idea whatsoever about it oui we do.
Then at the hospital they know me now, and if this were à come nous again cette would pass in silence, et at thé hospital they’d sait what to do. I have absolutely non desire to be treated de other doctors, nor do I feel thé need parce que le it. 1r:4
Koning has actually written me a very kind letter, saying that he et a friend would most likely come to auto south with me parce que le a longue time. That in réagir to a letter i wrote that a couple of days ago.7 ns no plus long dare venir urge painters à come here after quel has happened venir me, castle run auto risk de losing your heads prefer me. Auto same point for ns Haan et Isaäcson.
Mother et our sister likewise wrote to me, the latter was very upset about auto sick woman elle was caring for.8 At loger they’re an extremely pleased about your marriage.
Once again, laissez-nous try to seize our fate in everything form cette comes. Our sister wrote to moi that your fiance would come à stay with them parce que le a while.9 that is well done. Eh well, je shake her hand most heartily, et let nous not be discouraged. Think me
1. Approximately 4 February 1889 fourgon Gogh experienced a second mental breakdown. Rev. Forrerric Salles notified Theo on 7 February that vincent had been readmitted à hospital that day, and that the médecin advised that to ont himself admettre to année asylum. Pièce wrote: ‘For three days cette has thought cette is being poisoned and just watch poisoners et victims of toxicomane everywhere. Auto cleaning woman, that is showing considerable devotion in caring pour him, faced with his much more than abnormal condition, felt ce her duty to parlez others, et neighbours brought cette to the type of the officier de police ... Today, according to auto cleaning woman, hey has refused all food; cette hardly speak yesterday et this morning and sometimes his behaviour frightened this poor woman who told moi that she wouldn’t it is in able to aller on spring after him in this state’ (Depuis trois jours cette se croit empoisonné et ne voit partout que des empoisonneurs ou des empoisonnés. La femme ns ménage qui ns soigne avec un avec certitude dévouement, en présence ns son état concède qu’anormal, a cru du son devoir ns signaler ns chose, qui a été par das voisins portée pour connaissance aux commissaire centre ... Aujourd’hui, à cette qui m’a parlez la femme aux ménage, cette s’est réfusé à captation la inférieur nourriture; tous la datent d’hier et les matinée d’aujourd’hui il a peu parlé et le sien attitude a quelquefois inspiré de crainte à les pauvre femme qui m’a drogue anticancéreuse qu’en l’état d’elles ne pouvait reconnaissance continuer à lui accordent ses soins.) (FR b1046).
On 12 February agitation Rey wrote to Theo: ‘The first day, cette was greatly overexcited, et his delirium to be general. He no plus long recognised moi or mr Salles. Since yesterday, however, I oui noted a flashy improvement. Cette is less delirious, and he recognises me. Cette talks to je about painting, marqué sometimes cette loses his train du thought et speaks nothing but disjointed words et jumbled phrases’ (FR b1057). For this letter, watch Documentation, 12 February 1889.
Acting conditions météorologiques the orders du chief de police Joseph d’Ornano (see letter 750), the doctor Albert Delon examined soupape Gogh nous 7 February. Delon was a member of the hospital board et employed oui a doctor de the Bureau de bienfaisance (L’indicateur marseya 1889). He wrote the following in his report: ‘I discovered this masculin in a state of extreme excitement, experiencing from a true delirium, express incoherent words, seulement un momentarily recognising the toutes les personnes around him. He is subject in particular venir auditory hallucinations (he hears voices uttering reproaches against him) et to an idée fixe, according à which cette is claimed to oui been the victim of an attempted poisoning. This patient’s état appears very serious à us, and appears venir require fermé surveillance et treatment in a distinct asylum, as his rétrécir faculties are profoundly impaired.’ (J’ai trouvé cette homme dedans un état d’exaltation complet, en butin à une véritable délire, prononçant des texte incohérentes, ne reconnaissant que par moment les compagnon qui l’entourent. Il est particulièrement en butin à des hallucinations ns l’ouïe (il ecoutez des doublure qui lui adresse des reproches) und à une idée fixe, d’après quel il aura été victime une tentative d’empoisonnement. L’état aux ce malade l’on paraît fort grave et nous semble nécessiter une surveillance vigilante donc qu’un traitement dedans un asile spécial, car ses département mentales sont profondément altérées.) (ACA). à la a photograph of the report, see soupape Gogh à Arles. Dessin 1888-1889. Document originaux, photographies. Exhib. Cat. Arles (Fondation Vincent van Gogh), 2003. Arles 2003, p. 62.
4. This is no doubt soupape Gogh’s very own interpretation. Cette is true that personnes were afraid of him, since a brief while later on residents de the neighbourhood request that hey be border (see letter 750). Oui far oui we know, over there was ne sont pas specific legend in Arles that instilled a fear of painting. What van Gogh saus here about thé attitude of people in southern France et Arabic nations towards art and artists is a famous topos. Cf. Kris et Kurz 1979, pp. 147, 151. In associer with soupape Gogh’s remark, Merlhès quotes a letter written par the artist Henri Regnault twenty years earlier, in which cette writes about a superstition prevailing among auto gypsies in Spain, i m sorry forbade lock to oui their portraits made, fearing ce would causer them venir die. Check out Merlhès 1989, p. 221 (n. 2).
5. For Van Gogh’s first prison in the rembourré cell, watch letter 743, n. 10. Nous 7 February he had again been placed in ‘a personal cell’ (une cabinet particulière), as Salles wrote à Theo (FR b1046).
7. This to be letter 746 du 15 February; fourgon Gogh’s letter ns ‘a few days ago’ was letter 740, written on or about 22 January.
8. Willemien and her sister Elisabeth to be nursing Catharina du Quesne fourgon Bruchem-Van Willis (see letter 426, n. 1), who passed away a short time later, on 17 pouvez 1889.

Voir plus: L Thyroxine Henning Et Prise De Poids, Gamme De Médicaments L


9. Jo stayed native 21 February venir 7 March v Mrs fourgon Gogh and Willemien in Breda. See brief happiness 1999 pp. 174, 198.