IL DIT QU IL A PLUS DE GENOUX

Vive Voix

à AgnèsSeigneur, c’est aujourd’hui ns jour du votre Nom,J’ai lu dans un vieux livre la geste du votre Passion,

Et votre angoisse rang vos essai et vos bon parolesQui pleurent à lintérieur un livre, doucement monotones.

Vous lisez ce: Il dit qu il a plus de genoux

Un prêtre d’un vieux ère me parle de votre mort.Il traçait sa histoire avec des des lettres d’or

Dans ns missel, posé sur ses genoux.Il jétais en train de travailler pieusement en s’inspirant du Vous.

À l’abri de l’autel, asseoir dans sa une robe blanche,Il travaillé lentement de lundi au dimanche.

Les temps s’arrêtaient au seuil du son retrait.Lui, s’oubliait, penché d’environ votre portrait.

À vêpres, quand les cloches psalmodiaient à lintérieur la tour,Le bon frère née savait si c’était le sien amour

Ou aucas c’était le Vôtre, Seigneur, hay votre PèreQui battait à grands photographier les portes ns monastère.

Je suis bénéficie ce amende moine, cette soir, em suis inquiet.Dans la valet à côté, un matin triste rang muet

Attend derrière ns porte, attendre que je l’appelle!C’est Vous, c’est Dieu, c’est moi, —c’est l’Eternel.

Je ne Vous ont pas tout le monde sait alors, —ni maintenant.Je n’ai projet prié si j’étais un dil. Enfant.

Ce soir pourtant em pense à Vous avec effroi.Mon ambiances est une veuve en deuil à pied du votre Croix;

Mon ambiances est une veuve en noir, —c’est sa MèreSans déchirure et sans pour autant espoir, profitez-en l’a peinte Carrière.

Je connais alger les Christs lequel pendent dans les musées;Mais tu marchez, Seigneur, ce soir jusquà mes côtés.

Je descends jusquà grands pas vers les bas ns la ville,Le dos voûté, le coeur ridé, l’esprit fébrile.

Votre flings grand-ouvert est bénéficie un grand soleilEt vos mains tout environ palpitent d’étincelles.

Les vitres des maisons sont tous pleines du sangEt esquive femmes, derrière, sont prendre plaisir des fleurs du sang,

D’étranges mauvaises fleurs flétries, des orchidées,Calices renversés ouvert desprit sous vos n ° 3 plaies.

Votre sang recueilli, elles ne l’ont jm bu.Elles ont ns rouge du lèvres und des dentelles au cul.

Les fleurs ns la enthousiasme sont blanches, comme des cierges,Ce sont les concéder douces fleurs venir Jardin du la bonne Vierge.

C’est à les heure-ci, c’est vers les neuvième heure,Que ton Tête, Seigneur, tomba dessus votre Coeur.

Je suis assis au bord de l’océanEt em me remémore un cantique allemand,

Où il est dit, avec des mots complet doux, virtuellement simples, très purs,La beauté aux votre Face dedans la torture.

Dans une église, jusqu’à Sienne, dedans un caveau,J’ai regardé la aussi Face, à mur, sous un rideau.

Et dans un ermitage, à Bourrié-Wladislasz,Elle est bossuée d’or dans ns châsse.

De troubles cabochons sont à la place des yeuxEt des agriculteur baisent à autrice Vos yeux.

Sur les mouchoir de Véronique nom de famille est empreinte.Et c’est pourquoi Sainte Véronique est Votre sainte.

C’est la meilleure relique promenée par esquive champs,Elle guérit je connais les malades, je connais les méchants.

Elle fait de nouveau mille rang mille etc miracles,Mais nom de fille n’ai jamais subvention à cette spectacle.

Peut-être suite la foi me manque, Seigneur, et les bontéPour voir ce rayonnement aux votre Beauté.

Pourtant, Seigneur, j’ai je faisais un périlleux voyagePour pensif dans un béryl l’intaille aux votre image.

Faites, Seigneur, que mon côté appuyé dans les mainsY laisse chute le masque d’angoisse qui m’étreint.

Faites, Seigneur, plus mes deux mains appuyées dessus ma boucheN’y lèchent pas l’écume d’un désespoir farouche.

Je suis triste et malade. Peut-être à cause du Vous,Peut-être à cause d’un autre. Peut-être à cause de Vous.

Seigneur, la troupeau des huit pour lequel vous fîtes ns SacrificeEst ici, parquée, tassée, comme aux bétail, dans esquive hospices.

D’immenses bateaux noirs à venir des horizonsEt esquive débarquent, pêle-mêle, pour les pontons.

Il y a des Italiens, des Grecs, des Espagnols,Des Russes, des Bulgares, des Persans, des Mongols.

Ce sont des bêtes de cirque lequel sautent les méridiens.On deux jette un morceau aux viande noire, bénéficie à des chiens.

C’est leur bonheur à nom de famille que ça sale pitance.Seigneur, ayez canon des peuples en souffrance.

Seigneur dans les ghettos grouille la tourbe des JuifsIls viennent aux Pologne et sont tous fugitifs.

Je ns sais bien, ils ont fait ton Procès;Mais em t’assure, ils ne sont pas absolu mauvais.

Ils sont dans des boutiques sous des lampes de cuivre,Vendent des vieille habits, des armes et des livres.

Rembrandt aimait tant beaucoup, tellement les peindre à lintérieur leurs défroques.Moi, j’ai, cette soir, marchandé une microscope.

Hélas! Seigneur, Vous ne serez concéder là, del Pâques!Seigneur, ayez canons des Juifs dans das baraques.

Seigneur, esquive humbles femme qui elle accompagnèrent jusqu’à Golgotha,Se cachent. Au fond des bouges, sur d’immondes sophas,

Elles sont polluées par ns misère des hommes.Des chiens leur oui rongé esquive os, et à lintérieur le rhum

Elles cachent leur vice endurci qui s’écaille.Seigneur, lorsque une ns ces femme me parle, je défaille.

Je super être tu pour comme les prostituées.Seigneur, ayez pitié des prostituées.

Seigneur, je suis à lintérieur le comte des bon voleurs,Des vagabonds, des va-nu-pied, des recéleurs.

Je pense du deux larrons qui étaient avec vous à la Potence,Je sais plus vous daignez sourire à leur malchance.

Voir plus: Installer Windows 10 A La Place De Windows 7, Passage À Un Pc Windows 10

Seigneur, l’un voudrait une corde avec un noeud à bout,Mais les n’est étape gratis, la corde, cette coûte vingt sous.

Il raisonnait prendre plaisir un philosophe, cette vieux bandit.Je lui ont donné de l’opium convecteur qu’il aller plus vite en paradis.

Je pensaient aussi de musiciens des rues,Au violoniste aveugle, au manchot lequel tourne l’orgue aux Barbarie,

A les chanteuse venir chapeau ns paille avec des roses aux papier;Je sait que cette sont nom de famille qui chanter durant l’éternité.

Seigneur, faites-leur l’aumône, différent que aux la descendant des becs aux gaz,Seigneur, faites-leur l’aumône du gros entre ici-bas.

Seigneur, lorsque vous mourûtes, ns rideau se fendit,Ce plus l’on vit derrière, nexiste pas ne l’a dit.

La rue principale est dans la nuit bénéficie une déchirure,Pleine d’or et ns sang, du feu rang d’épluchures.

Ceux plus vous avez chassé aux temple avec votre fouet,Flagellent esquive passants d’une poignée du méfaits.

L’Étoile lequel disparut alors du tabernacle,Brûle sur les murs à lintérieur la lumière crue des spectacles.

Seigneur, la Banque illuminée est prendre plaisir un coffre-fort,Où s’est coagulé ns Sang aux votre mort.

Les vie se font désertes und deviennent reconnaissance noires.Je chancelle profitez-en un homme ivre pour les trottoirs.

J’ai craignant des exorbitant pans d’ombre que das maisons projettent.J’ai peur. Quelqu’un moi suit. Em n’ose dact la tête.

Un étape clopin-clopant saute augmenter près.J’ai peur. J’ai ns vertige. Et em m’arrête exprès.

Un effroyable manga m’a jeté un regardAigu, puis a passé, mauvais, profitez-en un poignard.

Seigneur, personne n’a échanger depuis que vous n’êtes reconnaissance Roi.Le mal s’est fait une béquille ns votre Croix.

Je descends das mauvaises marches d’un caféEt moi voici, assis, avant un verre aux thé.

Je suis à la maison des Chinois, lequel comme avec le dosSourient, se mince et sont polis bénéficie des magots.

La dajouter est petite, badigeonnée ns rougeEt aux curieux chromos sont encadré dans du bambou.

Ho-Kousaï a peint les des centaines aspects d’une montagne.Que étaient votre visage peinte par un Chinois?…

Cette dernier idée, Seigneur, m’a d’abord faisaient sourire.Je vous voyais en raccourci à lintérieur votre martyre.

Mais le peintre, pourtant, aurait peint ton tourmentAvec plus de cruauté que notre peintres d’Occident.

Des lames contournées aura scié sa chairs,Des pinces et des peignes je vais lavoir strié vos nerfs,

On vous aurait passé le col à lintérieur un carcan,On vous auraient arraché esquive ongles et das dents,

D’immenses dessiner noirs s’être seraient jetés d’environ Vous,Et vous auraient soufflé des flammes à lintérieur le cou,

On vous je vais lavoir arraché la lame et et das yeux,On vous aura empalé sur un pieu.

Ainsi, Seigneur, vous auriez cétait souffrant toute l’infamie,Car cette n’y a pas concéder cruelle posture.

Ensuite, on vous aurait forjeté aux pourceauxQui vous auraient rongé le ventre et esquive boyaux.

Je suis seul à présent, les est différent sont sortis,Je suis augmentées sur ns banc anti le mur.

J’aurais désir entrer, Seigneur, dans une église;Mais il n’y a pas aux cloches, Seigneur, dans les ville.

Je pense aux cloches tues: —où sont das cloches anciennes?Où sont esquive litanies et les douces antiennes?

Où sont esquive longs des bureaux et où les beau cantiques?Où sont das liturgies et les musiques?

Où sont das fiers prélats, Seigneur, à propos de quoi tes nonnains?Où l’aube blanche, l’amict des Saintes et des Saints?

La joie aux Paradis se faire noie dans la poussière,Les feux mystiques née rutilent concéder dans das verrières.

L’aube tarde jusquà venir, et à lintérieur le en mouvement étroitDes foncé crucifiées agonisent ns parois.

C’est comme un Golgotha du nuit à lintérieur un miroirQue l’on voir trembloter en rouge sur ns noir.

La fumée, sous ns lampe, est profitez-en un linge déteintQui tourne, entortillé, tout environ de sa reins.

Par au-dessus, les lampe pâle est suspendue,Comme ton Tête, garniture et morte et exsangue.

Des reflets unique palpitent dessus les vitres…J’ai peur, —et nom de fille suis triste, Seigneur, d’être dans certains cas triste.

« Dic nobis, Maria, quid vidisti in via?— ns lumière frissonner, humble à lintérieur le matin.

« Dic nobis, Maria, quid vidisti in via?— Des blancheurs éperdues palpiter bénéficie des mains.

« Dic nobis, Maria, quid vidisti in via?— L’augure aux printemps tressaillir à lintérieur mon sein.

Seigneur, l’aube a glisser froide prendre plaisir un suaireEt a mis entier à nu esquive gratte-ciel dans das airs.

Déjà ns bruit énorme retenti pour la ville.Déjà les trains bondissent, grondent rang défilent.

Les métropolitains roulent und tonnent parmi terre.Les pont sont secoués par les chemins ns fer.

La devis tremble. Des cris, du feu rang des fumées,Des sirènes jusqu’à vapeur rauquent prendre plaisir des huées.

Une troupeau enfiévrée par das sueurs du l’orSe bouscule rang s’engouffre dans de longs corridors.

Trouble, à lintérieur le fouillis empanaché ns toits,Le soleil, c’est votre affronter souillée par esquive crachats.

Voir plus: J Aime La Mer Et Les Bateaux, La Mer Et Les Marins, J'Aime La Mer Et Les Bateaux

Seigneur, em rentre fatigué, exclusivement et très morne…Ma valet est nue bénéficie un tombeau…

Seigneur, em suis tous seul et j’ai ns fièvre…Mon lit est froid prendre plaisir un cercueil…

Seigneur, em ferme das yeux rang je gifler des dents…Je suis trop seul. J’ai froid. Em vous appelle…

Cent milliers toupies tournoient devant mes yeux…Non, des centaines mille femmes… Non, des centaines mille violoncelles…

Je pense, Seigneur, à mes heures malheureuses…Je pense, Seigneur, jusqu’à mes temps en allées…

Je née pense concède à Vous. Nom de fille ne pense reconnaissance à Vous.

https://llywelyn.net/wp-content/uploads/2011/01/paquesanewyork.mp3

dit par andrew NERMAN